En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Newsletters

Recevez nos infos par courriel, inscrivez-vous !
Conditions d'utilisation

Agenda

Connexion

Quelle eau buvons-nous ?

eau robinet

 Quelle eau buvons-nous ?

Contrôle renforcé pour l’eau distribuée

Soucieux de vous garantir une eau de consommation de qualité, nous avons renforcé en début d’année 2017, les contrôles à la station de pompage afin d’identifier la présence de molécules jusqu’alors ignorées.

 

C’est le cas notamment de l’Atrazine, pesticide largement utilisé autrefois pour le traitement des cultures et interdit depuis 2003. Pour cette molécule, le seuil fixé par la réglementation et l’Agence Régionale de la Santé se situe à 0,1 microgramme par litre. Les analyses conduites dernièrement à Garéoult font apparaître des taux atteignant 0,12 à 0,16 microgramme par litre. Bien que cette situation ne constitue aucun risque pour la santé puisque cette mesure est 500 fois inférieure à la valeur sanitaire maximale fixée par l’Agence Régionale de la Santé (60 microgramme par litre d’eau), c’est par dérogation que la distribution de l’eau va être autorisée dans l'immédiat.

Si seul le temps permettra à cette molécule de disparaitre de la nappe phréatique couvrant le plateau du Val d’Issole, un plan d’actions, défini en concertation avec l’Agence Régionale de la Santé et la société VEOLIA, notre gestionnaire d'eau potable, a d’ores et déjà été mis en œuvre pour que l’eau distribuée soit de nouveau conforme. Ainsi, Véolia va renforcer la surveillance de la station de pompage et effectuer régulièrement des analyses d'eau. Par ailleurs, des études techniques et financières vont permettre de définir les dispositifs complémentaires à mettre en œuvre pour adapter et renforcer la qualité du traitement de l’eau pompée et distribuée par le réseau. De plus, une enquête va être menée par Véolia auprès des exploitants agricoles pour tâcher de définir les causes de cette pollution car même utilisés à faible dose et ponctuellement pour l’entretien des jardins et des exploitations agricoles, les pesticides se retrouvent inévitablement dans la nappe phréatique et peuvent avoir des conséquences sur l’eau consommée comme c’est le cas ici. C’est pourquoi, nous vous rappelons qu’il est important de jeter vos vieux bidons et de nettoyer les fonds de cuves afin de bannir l’utilisation de ces produits et d’en limiter les méfaits.

Monsieur Lionel Mazzocchi, 1er adjoint au maire, se tient à la disposition des personnes souhaitant obtenir des informations complementaires au 04 94 72 87 13 (sur rendez-vous).