En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Newsletters

Recevez nos infos par courriel, inscrivez-vous !
Conditions d'utilisation

Agenda

Connexion

Risques sanitaires

soleil2010CANICULE, PROTÉGEZ-VOUS DE LA CHALEUR ! (lien vers articles dans CCAS)

 aff soyez secs web150MOUSTIQUE TIGRE, SUPPRIMEZ LES EAUX STAGNANTES

Le moustique Aedes albopictus (communément appelé "moustique tigre") est un moustique originaire d'Asie implanté depuis de nombreuses années dans les départements français de l'Océan Indien. En métropole, ce moustique s'est développé de manière significative et continue depuis 2004 et est désormais définitivement implanté dans 17 départements, principalement dans le sud-est.

Ce moustique est particulièrement nuisible mais il est également capable, dans certaines conditions, de transmettre des maladies telles que la dengue ou le chikungunya. C'est en adoptant des gestes simples et peu contraignants que chacun peut contribuer à la lutte contre la prolifération des moustiques.

La période d'activité du moustique tigre adulte s'étend généralement du 1er mai à la fin novembre, chaque année, sur le territoire métropolitain. Il s'est particulièrement bien adapté à nos climats et se reproduit facilement dans les petits contenants présents sur les parcelles des usagers. Il est donc très important de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l'intérieur et surtout autour de son domicile.

Plusieurs gestes simples, économiques et efficaces peuvent être mis en œuvre :

Du sable répandu dans les coupelles de pots de fleurs évite l’eau stagnante tout en gardant l’humidité.
Les collecteurs d’eau doivent être fermés hermétiquement ou bâchés avec de la toile moustiquaire.
Il faut penser à vérifier l’écoulement des eaux des gouttières.
Il faut vider une fois par semaine ou ramasser tous les réceptacles dans les jardins ou sur les terrasses et les balcons (écuelles pour animaux, bâches non tendues, jouets, outils et objets de jardinage qui pourraient retenir de micro collections d’eau, etc).

Ces gestes sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques, sources de nuisances et de maladies.

Pour en savoir plus, Téléchargez le dépliant d'information ici...  /  Site internet : www.albopictus83.org

 

abeilles charenconsPROTÉGEONS LES ABEILLES !

Apiculteurs, le Groupement de Défense Sanitaire Apicole du Var vous informe pour la protection de vos abeilles

Le Varroa destructor

Le varroa est un acarien, parasite de l’abeille adulte et du couvain. Il est présent partout en France. Le varroa est « un vampire », il se fixe sur l’abeille adulte ou la larve d’abeille et se nourrit de son hémolymphe (sang de l’abeille).  Le varroa ne peut pas survivre s’il n’est pas fixé sur une abeille. Seul il meurt en 4 à 6 jours.

Responsable de la mortalité d’un grand nombre d’abeilles, c'est pourquoi le GDSA83 a mis en place un plan régional de lutte contre le Varroa. L’objectif est d’améliorer la santé des abeilles par une meilleure information des apiculteurs et une meilleure prise en compte des maladies des abeilles. Apiculteurs, ensemble améliorons la santé de nos abeilles en adoptant ces  gestes simples :

Je déclare les emplacements de mes ruches chaque année, dès la 1ère ruche :
Je suis informé, je suis alerté en cas de danger sanitaire, je suis en règle vis-à-vis de la loi.
J’adhère au GDSA : Groupement de Défense Sanitaire Apicole :
Je me forme, je suis accompagné dans la gestion sanitaire de mes ruches, je bénéficie d’une aide financière pour la lutte contre le varroa.
Je lutte contre le varroa : je protège mes abeilles, je protège celles des ruchers voisins, j’augmente le potentiel de ma production.

Renseignements : GDSA83 : 06 11 08 93 06 // gdsa83.fr

L'Aethina Tumida

Le petit coléoptère de la ruche "Aethina-tumida" a été découvert dans plusieurs ruchers en Calabre, au sud de l'Italie à la fin de l'été 2014. Cette région étant un secteur de transhumance pour des apiculteurs français et européens, le risque d'infestation des ruchers européens est réel. Compte tenu du risque, il est souhaitable d'éviter ces zones de transhumance, le temps de prendre la mesure de sa diffusion sur le continent Européen.

Il s'agit d'un risque sanitaire très préoccupant: "Aethina-tumida" prolifère dans les colonies en se nourrissant de couvain, de miel et de pain d'abeille. Son action peut aller jusqu'à la mort ou la désertion de la colonie par les abeilles.

Pour éviter ce que l'on connait actuellement avec Varroa destructor, il est nécessaire de se donner un maximum de moyens d'étouffer les éventuels foyers d'infestation par la mise en place d'une réelle action collective, efficace et rapide. Celle-ci sera favorisée par une transmission à chaque apiculteur des informations relatives à cette situation et à son évolution. 

Pour plus de renseignements veuillez vous rapprocher du Groupement de Défense Sanitaire Apicole     gdsa83.fr

 

attention abeilleGUEPES, FRELONS ET ABEILLES, QUE FAIRE SI UN NID VOUS GACHE LA VIE ?

Attention, n'oubliez pas que les guêpes, frelons et abeilles sont des insectes piqueurs et qu'il est préférable de faire appel à un professionnel pour s'en débarrasser.

Si des guêpes ou des frelons ont élu domicile chez vous, sachez que la capture et la destruction des nids ne relèvent plus de la compétence des Pompiers. Il vous faudra faire appel à une société de désinsectisation.

Concernant les abeilles, celles-ci étant un maillon indispensable de l'écosystème, il est préférable de faire appel à un apiculteur qui viendra à votre domicile enlever le nid.

Pour obtenir les coordonnées des Sociétés de désinsectisation et Apiculteurs proches de chez vous, contacter le Centre Technique Municipal au 04 94 80 94 99.

 

220px Nid de chenilles processionnaires du PinCHENILLES PROCESSIONNAIRES, DANGER !

L'Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) et l'Ordre régional des vétérinaires de la région Paca-Corse informent la population de la région PACA de la prolifération saisonnière des chenilles processionnaires et des mesures de précaution à adopter pour éviter tout risque sanitaire.

Les chenilles processionnaires sont reconnaissables à leurs nids de soie blanche bien visibles sur les pins où elles passent l'hiver à l'issue duquel elles forment des processions avant de s'enterrer pour effectuer leur métamorphose.

Les poils des chenilles processionnaires contiennent une toxine urticante et allergisante, à l'origine d'irritation cutanée et oculaire chez les personnes séjournant dans les lieux infestés.

Chenilles processionnaires web Ces chenilles, lorsqu'elles sont agressées, dispersent au gré du vent leurs poils, qui par des crochets peuvent s'accrocher aux habits ou à la peau. La démangeaison provoquée par les crochets incite à se gratter, et ainsi à faire éclater les poils, libérant la toxine.

Précautions à prendre, conduite à tenir, cliquez ici...