En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Newsletters

Recevez nos infos par courriel, inscrivez-vous !
Conditions d'utilisation

Agenda

Connexion

Nouveaux modes de déplacement, quelle réglementation ?

hoverboard

Rollers, skateboard, trottinette, hoverboard, ces nouveaux moyens de déplacement, appelés aussi "transports doux" sont de plus en plus utilisés dans l'espace public.

Ce qui oblige piétons, automobilistes, cyclistes à se partager l'espace public, et à respecter certaines règles pour cohabiter en toute sécurité.

skateboardEn plus des traditionnels rollers, patinettes, skateboard, les déplacements avec des engins high tech comme les gyropodes, les hoverboards et les trottinettes électriques se développent.
Devant l’émergence de ces nouveaux modes de "micro-déplacements", également appelés déplacements doux, des règles de circulation sont à respecter pour se partager l’espace public.

D'une manière générale, tous les engins roulants sans moteur et de petites tailles peuvent circuler dans un square, un parc public, sur une plage, en forêt et en ville sur le trottoir. Ils ne sont pas considérés comme des véhicules et leurs utilisateurs sont considérés comme des "piétons à roulettes" et doivent donc circuler sur les trottoirs, utiliser les passages piétons et respecter les feux.rollers

Ils sont tolérés sur les trottoir à condition toutefois de se déplacer à moins de 6 km/h et de faire preuve de civisme, de bon sens et de prudence à l’égard des autres.
Une dérogation est accordée aux vélos qui sont admis sur les aires réservées aux piétons jusqu’aux 8 ans d’un enfant du fait de la dangerosité de la route.

 

Quelles sont les règles pour les nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) ?

Dans la catégorie des nouveaux véhicules électriques individuels, on trouve divers appareils roulants et motorisés.

hoverboard2Il y a les gyropodes, équipés de deux-roues, d'un manche et d'un guidon. Ensuite, il y a leur déclinaison en version minimaliste plébiscitée par les enfants et les adolescents. D’une part, on trouve les hoverboard et hovertax, il s'agit d'un plancher électrique fixé sur deux petites roues, qui ne possèdent ni selle ni guidon et qui avancent avec un système de balancement du poids du corps. D’autre part, les gyroroues (ou monowheel) qui ne sont autres que des monocycles sans selle et sans guidon. Enfin les rocketskates (rollers électriques) qui se fixent sous la chaussure et dont la vitesse est réglable via une application téléchargeable sur un smartphone.

Toute personne, quel que soit son âge, peut piloter un de ces engins et gadgets. Toutefois, certains constructeurs conseillent de ne pas les confier à des enfants de moins de 14 ou 16 ans.

À l’heure actuelle, la réglementation est floue sur l’utilisation de ces nouveaux appareils. En effet, la France définit les véhicules (ou assimilés) comme "objets à moteur, roulant à plus de 6 km et possédant une assise". Puis, elle précise que tout appareil roulant à plus de 25 km/h doit faire l’objet d’une immatriculation. Or, ces NVEI, ont bien un moteur, excèdent la vitesse réglementaire pour entrer dans la catégorie des piétons, mais ne peuvent être considérés comme véhicules du fait de l’absence de siège.

Ainsi, ces appareils sont aujourd’hui tolérés sur les trottoirs, pistes cyclables et autres aires piétonnes sous réserve d’adopter une attitude responsable. Leurs propriétaires, sans réel statut, sont considérés comme des "piétons à roulettes". Sachez par ailleurs que certaines municipalités prennent les devants et décident d’en restreindre l’utilisation sur tout ou partie de leur espace public.

 

Les sanctions encourues en cas de mauvais usage de son matériel

Un piéton, qu’il soit à roulettes ou non, risque 4 € d’amende s’il traverse en dehors du passage piéton ou s’il circule en dehors d’une zone piétonne. Si son comportement est jugé trop imprudent, le contrevenant peut écoper d’une sanction plus lourde pouvant aller jusqu’à 15 000 € et 1 an de prison pour "menace de la vie d’autrui par un comportement dangereux".

 

Prévention des intoxications au monoxyde de carbonne

monoxyde carbonne

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique, invisible et inodore. Il touche chaque année plus d’un millier de foyers. Environ 3000 personnes sont intoxiquées par an.

Les symptômes sont des maux de têtes, des vomissements, des vertiges voire des décès. Il peut être émis par tous les appareils à combustion (chaudière, chauffage d’appoint, poêle, groupe électrogène, cheminée...).


Pour éviter les intoxications, des gestes simples existent :

  • Avant l’hiver, faites vérifier vos installations de chauffage et vos conduits de fumée par un professionnel qualifié.
  • Veillez toute l’année à une bonne aération et ventilation du logement et à une bonne utilisation des appareils à combustion.
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : brasero, barbecue, cuisinière, etc.
  • Si vous devez installer des groupes électrogènes, placez-les impérativement à l’extérieur des bâtiments.

Les bons gestes à adopter, téléchargez le guide ici...

En savoir plus : www.prevention-maison.fr

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) - www.inpes.sante.fr

 

 

Déchets du BTP, déchets verts du nouveau !

interdiction2 dechets pro SIVED

A partir du 1er janvier 2018, les déchets de chantier des professionnels ne seront plus acceptés sur les Espaces-triS

Déchets verts : compostage, le paillage ou le broyage, dechetterie, des solutions existent !

 

dechets pro SIVEDProfessionnels du BTP, confiez dès maintenant vos déchets aux négociants de matériaux !

En effet, le décret du 10 mars 2016 oblige les négociants de matériaux à reprendre les déchets de chantier des professionnels :

  • les inertes : bétons, tuiles, parpaing
  • les déchets banals : emballages, bois, plastique, métaux, isolants
  • les déchets dangereux : peinture, solvant, aérosol

Au vu de cette évolution, dès le 1er janvier 2018, les Espaces-triS du secteur Est du SIVED NG ne collecteront plus les déchets des professionnels du BTP.

Les sites concernés sont :

  •  Le Collet Rouge à Brignoles
  • Le Loouron à La Roquebrussanne
  • Terrubi au Val
  • Les Ferrages à Tourves
  • Les Fontaites à Forcalqueiret

A terme, les Espaces-triS du secteur Ouest du territoire seront également concernés par cette nouvelle réglementation.

Professionnels du BTP, prenez dès maintenant de nouvelles habitudes. Confiez vos déchets de chantier aux négociants de matériaux.

 

composteur individuel SIVEDLes déchets verts doivent être déposés dans un espace-triS

Aucun service de ramassage des déchets verts n'est prévu sur la commune, les déchets verts ne doivent donc pas être déposés dans les bacs prévus pour les déchets ménagers.

Pour rappel, l’arrêté préfectoral du 16 mai 2013 interdit le brûlage des déchets verts sur l’ensemble du département et réglemente strictement l’emploi du feu au regard des risques d’incendie :
Il est interdit en tout temps et en tout lieu du département du Var de brûler à l’air libre les déchets verts produits par les particuliers, les collectivités et les entreprises. Le non-respect de cette interdiction est passible d’une contravention de 3ème classe.
Les déchets verts comprennent les déchets issus des tontes de gazon, les feuilles et aiguilles mortes, les tailles d’arbres et d’arbustes. Ils proviennent notamment de l’entretien des zones de loisirs, des espaces verts publics ou privés, des terrains de sport, des jardins des particuliers.
Le brûlage des déchets verts peut être à l’origine de troubles de voisinage générés par les odeurs et la fumée. Il nuit à l’environnement et à la santé et peut être la cause de la propagation d’incendies. Le brûlage à l’air libre conduit notamment à l’émission de quantités importantes de composés cancérigènes et de particules fines.

D’autres solutions plus efficaces que le brûlage existent pour traiter les déchets verts.

Quelles solutions ?

  • Le compostage, le paillage ou le broyage (mulch) peuvent permettre de valoriser utilement ces déchets sur place. Le SIVED Nouvelle Génération vous propose des composteurs individuels contre une petite participation. Il subventionne également l'acquisition de broyeur à végétaux.
  • Les déchets plus encombrants, ou non réutilisables sur place, doivent être déposés en déchetterie.

Plus d'infos sur le site du SIVED Nouvelle Génération

 

Maison Gonod

montage gonod 2014 2018 accueil2

Les travaux de réhabilitation de la Maison Gonod touchent à leur fin...

Découvrez en images l'évolution des travaux de 2014 à aujourd'hui

Lire la suite

 

montage gonod 2014 2018